Semaine de prière du 11 au 15 mars


Lundi 11 mars

Psaume 51/12 « O Dieu ! crée en moi un cœur pur, Renouvelle en moi un esprit bien disposé. »

 

Crée en moi …  Pour un état de péché aussi profond que celui qui a été décrit versets 3 à 8, une amélioration partielle ne suffit pas. Jésus dira : Jn 3:3 « En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu. » et Mt 9:16 « Personne ne met une pièce de drap neuf à un vieil habit ; car elle emporterait une partie de l’habit, et la déchirure serait pire. ». Il ne faut rien de moins qu’une nouvelle création.

Le soupir de David deviendra une promesse dans Jérémie 24/7 « Je leur donnerai un cœur pour qu’ils connaissent que je suis l’Eternel ; ils seront mon peuple, et je serai leur Dieu, s’ils reviennent à moi de tout leur cœur. », et sera accompli en Jésus, par le don de sa vie et sa victoire sur la mort.

Aujourd’hui, je peux être pardonné, réhabilité, renouvelé, fortifié.

 

Alors comme dit l’auteur du livre des Hébreux (4/16) « Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins. »

 

Aujourd’hui, prenons le temps de prier pour :

·      Notre cœur, afin que nous soyons renouvelés dans nos pensées, nos sentiments, nos intentions, notre soif de Dieu…

·      Nos forces afin que notre Seigneur nous régénère et que nos yeux restent sur lui.

 

·      Nos yeux, afin qu’ils voient la gloire de Dieu, que ce soit avant que la chose demandée arrive comme après.


Mardi 12 mars

 

 Psaume 51/13 « Ne me rejette pas loin de ta face, Ne me retire pas ton esprit saint. »

 

Cette parole de David où il exprime sa crainte de ne plus être en relation avec le Saint-Esprit est vraiment compréhensible. Vivant sous l’ancienne alliance, il ne pouvait avoir les garanties que Jésus a donné à ses disciples, recevant le pardon par son sang. Jn 14/16 « Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous ».

 

Mais ce verset met en évidence deux réalités.

ØÊtre séparé, rejeté de Dieu pour l’éternité produit chez l’homme une véritable détresse.

ØL’idée de vivre sans le Saint-Esprit, sans Dieu en nous est quelque chose d’inenvisageable, d’insoutenable.

 

Dans les faits, ce n’est pas Dieu qui s’éloigne de l’Homme mais l’Homme qui, lorsqu’il pèche, s’enfonce dans la voie de l’obscurité.

Mais Dieu est toujours là comme le père du fils prodigue. Par le sang de Jésus, les cœurs repentants, désireux de rejeter le mal sont pardonnés, restaurés et régénérés, et alors la présence de Dieu par son Esprit devient la réalité du quotidien. Si un croyant s’est éloigné de Dieu, de sa présence au point d’exprimer les mêmes paroles de David, qu’il sache qu’il peut revenir à Jésus simplement en lui parlant.

 

Prenons le temps de prier pour :

·      Que nous restions debout spirituellement. Mat 26/41 « Veillez et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation ; l’esprit est bien disposé, mais la chair est faible. »

·      Que nous gardions conscience que sans Dieu, on ne peut rien faire. On a tant besoin de plus de lui en nous.

·      Que notre vie soit sans cesse remplie du Saint-Esprit. Que rien ne freine notre marche croissante avec Dieu.

 

·      Ceux qui se sont retirés de la présence de Dieu et qui vivent ce que David redoutait.

 

Mercredi 13 mars

Psaume 51/14 « Rends-moi la joie de ton salut, Et qu’un esprit de bonne volonté me soutienne ! »

 

Quelle joie dans le ciel pour une âme qui se tourne vers le Seigneur (Luc 15/7) et quelle joie dans un cœur qui est pardonné de ses péchés et qui devient enfant de Dieu (Mat 5/8).

Dieu veut notre bonheur et nous rend heureux.

 

Mais bien des circonstances peuvent nous accaparer et nous faire perdre notre joie, notre paix, notre calme… Alors on peut dire à Dieu comme David « Rends-moi la joie de ton salut » Comme il est écrit que Dieu ne reprend pas ses dons et que c’est à nous de garder le bon dépôt, on comprend que ce n’est pas Dieu qui nous a repris notre joie donc on pourrait reformuler cette demande par : Redonne-moi une joie comme celle que j’ai connu quand je me suis abandonné à toi. L’objectif de Dieu, c’est de faire demeurer la joie en nous par son Esprit (Gal 5/22).

David exprime aussi le besoin d’être soutenu dans sa situation. Que ce soit par l’Esprit de Dieu ou par les pensées et prières de son entourage, David comme nous-mêmes avons besoin d’être soutenus. Soyons aussi de ceux qui soutiennent les autres encore aujourd’hui.

 

Prions pour :

 

·      Ceux qui passent par des moments difficiles comme par la maladie, le découragement, les pressions diverses qui font souffrir et qui peuvent nous faire perdre notre joie.

·      Que notre foi et notre joie ne défaillent pas.

·      Que la joie de Dieu demeure en nous quelque soient les circonstances et qu’elle réapparaisse si elle a été enfouie.

 

·      Ceux qui se sont isolés de la communion fraternelle afin qu’ils retrouvent le soutien prévu par Dieu.

Jeudi 14 mars

Psaume 51/14 « J’enseignerai tes voies à ceux qui les transgressent, Et les pécheurs reviendront à toi. »

 

J’enseignerai …  C’est le besoin et la mission du pécheur pardonné d’indiquer à d’autres le chemin du salut. Jésus dira à ses disciples, Matt 28/19-20 « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. ».

N’étant pas tous des enseignants, on peut se sentir en dehors de cette partie de la mission donnée à tous les disciples de Jésus. Mais pourtant, on a tous quelque chose à communiquer, à raconter, à témoigner.

Quant à la forme, on voit ici la déclaration d’engagement de David d’enseigner. On ne voit pas une seule fois David donner des cours à l’université, mais on le voit écrire des chants comme le psaume 51 que nous étudions. Souvent on lit en introduction des psaumes le mot ‘Maskil’. Ce mot veut dire : enseignement. David enseignait ou témoignait à travers ses chants que l’on retrouve dans les psaumes.

Certains comme David aiment communiquer leur foi avec une démarche artistique, d’autres plus simplement en racontant à l’écrit ou à l’oral, d’autres misent sur l’exemple pour enseigner autour d’eux et montrer leur foi, certains s’investissent auprès d’une personne pour l’accompagner dans sa démarche de foi… Il n’y a jamais qu’une seule façon de faire. Mais face au pécheur qui est perdu, Dieu a choisi la folie de la prédication de l'évangile (1 Cor 1/21). Que nous puissions chacun proclamer les voies droites du Seigneur, son amour, son salut par la croix et l’espérance qui est en lui.

Alors « les pécheurs reviendront à toi. »

 

Prions pour :

 

·      Que notre témoignage de foi soit connu de toutes les personnes qui nous entourent.

·      Que Dieu nous inspire, personnellement ou avec les frères et sœurs, pour proclamer de façon pertinente le salut qui est en Jésus-Christ.

·      Les hommes et femmes que nous connaissons qui ne sont pas à Jésus (famille, amis, voisins, collègues, connaissances…). Que le Seigneur permette des occasions de témoignage et que leurs cœurs soient touchés.

 

·      Que la parole de Dieu soit diffusée largement. La Bible est la seule source d’information qui peut changer les vies, amener quelqu’un à la foi en Jésus-Christ et l’enseigner chaque jour.


Vendredi 15 mars

Psaume 51/14 « O Dieu, Dieu de mon salut ! délivre-moi du sang versé, Et ma langue célébrera ta miséricorde. »

 

Dans ce psaume, David se repend clairement de son péché d’adultère avec Bath-Schéba, mais aussi du sang qu’il a fait couler en ordonnant à Joab, chef de l’armée d’Israël de mettre Urie, mari de Bath-Schéba, dans une situation militaire où il pouvait se faire tuer. Urie ainsi que les hommes qui l’accompagnaient se sont fait tués et David a cela sur la conscience. Il est coupable du sang versé et il gardera cette amère expérience toute sa vie. Mais il réclame le salut de son âme comme le brigand cloué à côté de Jésus l’a fait car Dieu peut sauver n’importe quel homme.

David qualifie l’Eternel comme le Dieu de son salut, comme le Dieu plein d’amour et de compassion pour lui. Si David a été pardonné et a pu célébrer la miséricorde de Dieu avec sa langue, ce pardon peut être accordé à tous, quelle que soit la faute, et amener les graciés à confesser publiquement que la miséricorde de Dieu dure à toujours.

Que chaque jour de nos vies, nos langues puissent célébrer la miséricorde de Dieu envers nous. Alors aujourd'hui encore, louons-le !

 

Prions pour :

 

·      Que les cœurs en faute viennent trouver de l’espérance auprès de Jésus car il pardonne vraiment.

·      Des délivrances au niveau des cœurs et particulièrement pour ceux qui vivent dans la culpabilité ; certains ne se pardonnent pas, même si Jésus les a pardonnés.

 

·      Que nos bouches s’ouvrent en toutes occasions pour proclamer la miséricorde de Dieu.